Comment avouer en douceur et en toute mauvaise foi un adultère auprès de son/sa conjoint (e)

Comment avouer en douceur et en toute mauvaise foi un adultère auprès de son/sa conjoint (e) dans couple 4341619_6_b736_illustration_db552dde69770b7e00aefa7b17fe6c33-300x280

Illustration d’AUREL pour LE MONDE
source
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/31/le-succes-trompeur-des-sites-de-rencontre-adultere_4341563_3224.html

En ce lendemain de Saint-Valentin et alors que fleurissent les sites internet de rencontre extra-conjuguales comme Gleeden ou vivresoninfidelite.com qui laisseraient entendre que l’infidélité est à la mode, comment avouer en toute mauvaise foi un adultère ou se justifier si on est pris en flagrant-délit.

Quelques pistes, côté homme et côté femme.

Coté femme

- la version féministe

« Chéri, avoir une aventure, c’est l’aboutissement de l’émancipation pour la femme. Et puis bon je me suis tapée trois grossesses et trois accouchements je peux bien prendre un amant pour me réconcilier avec mon corps, non ? Après tout pour toi, faire les gosses c’était plutôt la fun part ».

- la version zen

« Chéri, je ne comprends pas pourquoi tu réagis mal. Depuis que je te trompes, je suis épanouie, souriante, je te lâche la grappe, bref, l’adultère c’est la paix du couple ! »

- la version catho

« Tu sous-estimes le pouvoir de la culpabilité, depuis que je t’ai trompé, je te fais l’amour comme jamais ! »

- la version intello

« En définitive la fidélité ce n’est qu’une construction sociale et donc totalement artificielle qui trouve son fondement dans l’assentiment de la certitude de la filiation et qui n’a plus de raison d’être en ce siècle où désormais la question de la procréation est irrémédiablement dissociée de la sexualité. »

- la version théorie des genres

« Chéri, je suis une simple descendante d’Eve, première pécheresse. C’est la suite logique que veux-tu ? ».

- la version psy

« Il paraît qu’il y a rien de plus classique que de tomber dans les bras d’un autre en période de deuil. Bon, alors tu vois, cet écart est juste parfaitement sain après la mort de mon arrière grand-oncle. »

- la version totale mauvaise foi

«  Tu voulais que je perde du poids, que je fasse du sport et que je prenne soin de moi ? Bah alors de quoi tu te plains ? ».

Coté homme

- la version altruiste

« Chérie, tu sais quand tu m’avais parlé de ton fantasme d’un plan à trois. Ça y est j’ai casté pendant plusieurs mois et j’ai trouvé la personne idéale. Joyeuse Saint-Valentin ! ».

- la version « c’est pas ma faute à moi » (L.OL.I.T.A.)

« Chérie, elle m’a littéralement sauté dessus, je n’ai rien pu faire. »

- la version théorie des genres

« Chérie, tu le sais les besoins d’un homme et d’une femme sont fondamentalement différents. Chez nous, c’est un besoin journalier, pas chez vous. Tu ne peux pas m’en vouloir, je suis juste un homme. »

- la version culpabilisante

« Chérie, je t’adore mais depuis que tu es mère t’es trop sur les enfants, j’ai l’impression que tu ne m’aimes pas autant qu’eux. Tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir été ailleurs. »

- la version méa culpa lâche

« Pardonne moi, j’ai vraiment été un con. J’ai craqué, c’était juste un coup d’un soir, une petite faiblesse, un peu comme quand tu fais un écart dans ton régime… »

alternative le prétexte de la crise de la trentaine, quarantaine, cinquantaine, soixantaine…

- la version homme de pouvoir

« Chérie, tu m’as choisi parce que tu es fière que je sois  PDG/homme politique/artiste célèbre. Que tu doives me partager, ça fait partie du package.« 

- la version loi de la physique

« Chérie, c’était totalement physique, un simple corps à corps sans signification aucune. C’est toi que j’aime. »

- la version série addict

« Chérie, je ne te comprends pas. Quand on regarde Master of sex, tu es très compréhensive. Alors tu peux que comprendre que ça me soit arrivé, non ?».

 

 

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus