30 ans en chanson

Je  me faisais la remarque, on parle beaucoup de la mid-life crisis de la quarantaine et pourtant je connais pas beaucoup de chansons qui en parlent finalement.

Des chansons, y en des tas sur l’age « d’or » des 20 ans. Et sur le fameux cap des 30 ans qui inspire sacrément les artistes francophones.

Version Philippe Catherine, c’est forcément humoristique et légèrement transgressif (et put… ça fait du bien dans notre société tellement polie qu’elle en devient lisse).

« J’ai trente ans aujourd’hui 8 décembre 1998, mardi
J’ai trente ans et je n’ai jamais eu d’accident de voiture
Je n’ai jamais suivi une vraie prostituée dans une chambre d’hôtel
Je ne me suis jamais laissé pousser la barbe ni déguisé en femme
Aucun de mes parents n’est mort
Je n’ai volé jamais d’article dans les magasins
Je ne suis jamais allé en Afrique
Personne ne m’a agressé physiquement dans la rue
Je n’ai jamais tué un animal pour le manger
Je n’ai jamais fait l’amour avec deux femmes à la fois
Je n’ai jamais tué personne même si j’en ai eu envie souvent
Je n’ai pas construit de maison
Je n’ai participé à aucune guerre
D’ailleurs, j’ai même pas fait l’armée

J’ai trente ans et je suis un enfant »

Philippe Katherine in « les créatures » (1999)

Version Miossec, c’est forcément un peu déprimant (bon en même temps si tu veux pas être maniaco-dépressif bah t’as qu’à pas écouter Miossec d’abord)

« Trente ans et tu regardes le papier peint vieillir
Trente ans et tu veux toujours t’éblouir
Dans des nuits si longues que les jours devaient rétrécir
Trente ans et oui tu ne les as pas vu venir
Trente ans c’est peut-être le moment de s’enfuir

T’étais partant disais-tu dans un sourire
Pour tes trente ans de brûler tes souvenirs

Trente ans ne laisse plus le canapé t’engloutir
Trente ans n’attends plus que l’on vienne t’attendrir
Redeviens touchant comme quand tu voulais tout détruire

C’est entêtant ce temps qui passe sans prévenir
Tant de mésententes et tant de causes perdues
Tant de mésaventures dans de petites préfectures
Tant pis pour les victoires et tant mieux pour les défaites
De toute façon on a toujours l’air aussi bête »

Version Alain Souchon, c’est mi-figue mi-raisin

 » Tout commence, un sale matin,
Dans le miroir d’une salle de bains.
C’est pas le conquistador,
Ce has been jeune homme bouffi qui dort encore…
Qu’est-ce que c’est que ces coups de canifs
Qui remontent du coin des yeux vers les tifs ?
Je vais pas faire un mélodrame
Mais ce sont des rides, Messieurs Dames !
Alors y’s'détériore,
Le rose caoutchouc fort qui colle notre corps…
C’est ton âge. Faut pas que tu pleures.
Mon pauvre Toto, trente ans, rien que du malheur.

Trente ans, trente ans l’âge mûr.
Où l’on s’aperçoit qu’on peut pas compter sur
L’élasticité du tissu, c’est sûr…

Bébé rose est tout content,
T’as grimpé sur le toboggan.
Maintenant que tu ris moins fort,
Tu vas dégouliner sans faire d’effort…
Arrêtez. Ça va trop vite.
Je deviens tout mou de partout.
Ça s’précipite.

T’as beau jogging bois de Boulogne,
T’as beau lifting, la mignonne.
Elle dornira bien mieux,
Chez celui qu’a pas les yeux rouges, pas les pneus.
SOS, docteur, docteur,
SOS docteur pour chanteur,
Retendez-moi la peau, retendez-moi le cœur.
J’suis qu’un pauvre Toto trente ans, rien que du malheur. »

Alain Souchon, « toto 30 ans » in album « Toto, 30 ans rien que du malheur » 1978

 Toto, 30 ans, rien que du malheur

Mais qu’est-ce qui peut tant les inspirer ?

C’est que 30 ans, c’est l’entre deux un peu bâtard, où t’es ni jeune ni vieux, ni sage ni rebelle, ni ado ni totalement armé en tant qu’adulte.

T’es soit :

- en couple sans enfant où la question de l’achat de logement / de la procréation / de la stabilité se pose inévitablement avec à la fois ce petit quelque chose de rassurant et d’étouffant ;

- jeune parent épuisé en sensation récurrente d’has been précoce (mais c’est pas qu’une sensation mes cocos, enfanter c’est accepter de passer de l’autre côté de la barrière) ;

- célibataire et du coup quelque peu suspect (bah ouais attend si t’as 30 ans et quelque et  que… t’es célibataire, bah tiens, forcément c’est qu’il y a quelque chose qui cloche chez toi ! et en plus, t’attire à la fois l’opprobre et l’envie dissimulée de ceux qui sont bien rangés là où il faut comme il faut).

Finalement 30 ans c’est qu’une transition que résume parfaitement (et forcément brièvement) les auteurs de Bref dans « bref un jour j’ai eu 30 ans », un régal !

http://www.videobuzzy.com/Bref-jai-eu-30-ans-Episode-46-5386.news

Allez, on va acheter une cave à vin ?

 

 

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus