« Vous avez plus d’amis sur Facebook que vous ne le pensez »

1. Le constat

8h du matin, j’allume mon portable et s’affiche ce mail si attentionné « S.H., vous avez plus d’amis sur Facetruc que vous ne le pensez ».

De un, merci Facetruc de me rappeler que je pense quelque chose, pour un simple humain c’est déjà pas si mal. De deux, merci de me rappeler que la valeur d’un être humain se mesure au nombre de ses contacts et au nombre de like de sa fondamentale déclaration du jour (pardon, sur facetruc on dit « post »).

Et voilà comment un simple mail fait ressortir tout ce que je déteste d’un réseau social. Petite liste non – exhaustive.

- les anglicismes : et oui, pour être « in » il faut multiplier les anglicismes (on « like », on « poke », on « share », on « post ») bon au moins ça fait travailler l’anglais à défaut de travailler autre chose ;

- l’artificiel : certains pourraient se dire que Facetruc c’est juste la transcription numérique du « always look at the bright side of life », ça c’est la version sympa. Mais moi ça me fait plutôt l’effet d’un miroir déformant, dégoulinant de positive attitude. Car vous en voyez beaucoup raconter leur vraie vie sur Facetruc ?

On va pas poster « put… y fait ch… ce pur… d’patron à la c… » (bon la, vous me direz c’est de l’autoconservation de base, si on veut garder son taf, ben… on parle pas de son taf sur FB). On voit pas de post du genre « je te l’aurai claqué ce p’ti c… avec ses crises de nerf à la mort-moi-le-noeud », ben non au lieu de ça, on poste une jolie photo de famille unie et du dernier rejeton tellement mignon (sans mettre en dessous qu’on pête un câble depuis sa naissance). On met pas qu’on est parti qu’une journée sur tout l’été, on poste la photo de la seule journée de beau temps à la plage en sous-titrant « si c’est pas ça le bonheur ». Bref c’est beau, mais c’est faux (à tout le moins sérieusement tronqué).

Et cet effet miroir n’est pas anodin. Qui n’a pas expérimenté le pur bonheur de surfer sur les pages de ses potes et d’en conclure « putain j’ai vraiment une vie de M. » (en version courte ça donne généralement un mix du genre « untel voyage aux quatre coins du monde, untel a des gosses super beaux, untel est supercréatif, untel fait tout le temps des super teufs, putain et moi là-dedans, j’en suis où ? J’ai vraiment une vie de M. »).

- l’incitation au voyeurisme et à l’exhibitionnisme (l’un n’allant pas sans l’autre… la magie de Facetruc qui fait définitivement ressortir le meilleur de nous-mêmes).

- les piqûres de rappel intempestives : « S.H., il s’est passé beaucoup de chose sur Facetruc »… oui ben t’es gentil dans ma vie aussi il s’est passé tellement de truc que j’ai pas le temps d’aller te voir d’abord !

2. et quand on veut arrêter

Du coup, j’ai finalement voulu supprimer mon compte. Et voilà que continue le harcèlement mailesque pour me faire mesurer toute l’horreur du geste que je suis en train d’accomplir.

« Vous êtes sur le point de supprimer votre compte, êtes-vous bien surs de ce que vous faites » ? « S.H. Vous allez manquer a untel et bidule »…

Je ne me démonte pas, je supprime mon profil. Ça y est l’irréparable est commis, je me suis cyber suicidé.

Et alors que je me croyais enfin en paix, FB se rappelle encore à moi telle une voix  d’outre-tombe culpabilisante« S.H., untel est triste de ne plus vous voir sur FB… », « vous manquez à machin et Tartempion  » (bon pas de bol pour Facetruc, ce sont les relations les plus virtuelles qui sont malencontreusement choisies, mauvaise pioche !).

3. et après ?

J’ai tenu presque quatre ans sans existence, puis tel un phenix renaissant de ces cendres (like the legend of the phenix…) je suis redevenu membre de la communauté. Et oui, faut bien vivre avec son temps et puis Facetruc c’est comme tout dans le web, mieux vaut être l’araignée qui tisse la toile que la mouche.

Alors vous likez ?

petit lien musical sur cette belle question des réseaux sociaux en plus de celle déjà très connue de « Carmen » de Stromae

Image de prévisualisation YouTube

Oldelaf « Le monde est beau »

Mots-clefs :, ,

3 Réponses à “« Vous avez plus d’amis sur Facebook que vous ne le pensez »”

  1. Annie 21 septembre 2014 à 11 h 50 min #

    Ouf je suis rassurée, tu es donc sur Face de Bouc, parce que je m’étais dit tiens elle ne fait plus partie de mes contacts ! Je vais donc pouvoir t’inonder de messages type mes dernières photos de vacances, les clips sympas dont je veux faire profiter tout le monde, les animaux perdus, qu’un maître aimerait bien retrouver, que même si t’aime pas, je te l’impose quand même, et je vais même pouvoir t’inviter à des jeux que tu n’as pas le temps de tester, même pour te « détendre » cinq minutes et qui vont te rendre accro,
    C’est pour quoi au niveau anglicisme, je viens de laisser « my comment » comme ils disent sur cette page, pour dire que oui je « like » ton article !!!

    • simplehumans 21 septembre 2014 à 20 h 39 min #

      Merci :) et je verrai tout ca avec plaisir… quand même !!!

  2. Emsi 8 octobre 2015 à 12 h 29 min #

    Moi, rien que ce message m’a fait arrêter mon tout petit (1 mois) séjour sur Face book. Marre de ce message quotidien insupportable !!! Mais ce qui m’a le plus énervé dans le « vocabulaire facebook », c’est le « j’aime ça ». Ce « ça » sonne totalement faux ! Quand il s’agit de voter, on dit « j’aime », tout court. si on ajoute « ça », c’est pour désigner une chose bien précise (« Tu aimes la glace ? » « Ah oui, j’aime bien ça »). Encore une fois, on est dans une traduction littérale du « it » anglais, qui fonctionne tout à fait dans « I like it », mais dont « ça » n’est absolument pas un équivalent représentatif. En plus, je trouve qu’il a un relent « second degré » assez déplaisant. Je trouve bizarre que ce « j’aime ça », soit toujours utilisé, car beaucoup ont fait la remarque.
    GRRR

Répondre à Emsi

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus