le poids des mots : petite étymologie de la grossesse et de l’accouchement

« Grossesse » un mot particulièrement laid et qui en dit assez sur ce qui attend la femme. Avec un mot pareil, vous l’aurez compris mesdames on grossit. Pour la bonne cause bien sur, vous le savez. Mais quand on est sensible au poids des mots, « grossesse », sérieusement, quel mot disgracieux pour un soi-disant « état de grâce » (j’ai bien dit grâce, pas grasse).

En termes plus scientifique, on dit « gravide ». Pas franchement plus glamour (et qui résonne comme un avant goût du ballon de baudruche du post-accouchement (« gras » et « vide »).

Plus couramment on dit qu’une femme est « enceinte ». Expression plus jolie que les précédentes, il faut le reconnaître, mais avec une connotation de fortification mystique moyenâgeuse qui ne convaincs pas vraiment non plus.

Rien à dire sur ce coup, j’opte simplement le mot « l’attente » : on attend un enfant (tiens et en plus comme ça on est bien deux à attendre).

 

Et l’étymologie de l’accouchement ne séduit pas davantage. Rien que de les mettre les uns après les autres, tout de suite ça donne envie… de fuir.

 

Déjà, le « travail ». Tiens parce que les neuf mois qui ont précédés c’était des vacances ? J’ai du louper une étape.

Qui dit travail, dit « contraction ». Et le plus drôle c’est qu’on nous dit d’essayer de se détendre pendant et entre les contractions… quel défi intrinsèquement antinomique, être décontractée lors de contractions, un bel oxymore qui s’ignore.

Ensuite si le travail est un vrai travail et que les contractions font effet, commence la « dilatation » (j’ai la rate qui se dilate, j’ai le foie qu’est pas droit 1), qui a envie d’être dilaté ?

« L’expulsion » : hé toi là-dedans, comment ? neuf mois que tu loges gratis et tout confort sans le moindre papier ? On va t’expulser de là, tu vas voir. Non sans blague, dans ce mot c’est encore toute l’approche poétique de l’accouchement qui saute aux yeux.

« La délivrance » : je ne vais pas rentrer dans les détails médicaux, et je laisse le mystère couvrir ce mot pudique qui a toute sa symbolique… la fin de l’état de femme enceinte serait-il nécessairement une délivrance ?

CQFD

1 Petit clin d’oeil à Gaston Ouvrard, 1932

Mots-clefs :, ,

3 Réponses à “le poids des mots : petite étymologie de la grossesse et de l’accouchement”

  1. Francesca 20 septembre 2015 à 13 h 34 min #

    Un ami vient de m’envoyer le lien de ton Post juste après avoir lu le dernier publié sur mon blog, où je parle des « mots de la grossesse » un peu dans les mêmes « termes »…

    ça t’intéresserait peut-être d’y jeter un coup d’oeil et e me dire ce que t’en penses?

    Ton article et super, je vais de suite en lire quelques autres!

    https://growinghappynails.wordpress.com

  2. Francesca 20 septembre 2015 à 13 h 36 min #

    Un ami vient de m’envoyer le lien vers ton Post juste après avoir lu le dernier publié sur mon blog, où je parle des « mots de la grossesse » un peu dans les mêmes « termes »…
    ça t’intéresserait peut-être d’y jeter un coup d’oeil et de me dire ce que t’en penses?

    C’est sur
    https://growinghappynails.wordpress.com

    Ton article est super, je vais de suite en lire quelques autres!

    • simplehumans 8 octobre 2015 à 22 h 21 min #

      J’ai lu ton article ! et merci pour tes encouragements, on se suivra !

Répondre à simplehumans

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus