Boulot, loisir, enfant, mari, amant, sport, comment tout concilier et ne renoncer à rien

Autant le dire tout de suite, le titre est mensonger. Et non, on peut pas tout faire en même temps, frustrant c’est sur, mais pas insoluble. Quelques astuces.

1. utiliser les temps morts

Alors là je me doute bien que plusieurs lectrices vont bondir à cette solution (« Bah tiens ! Des temps morts je vais t’en donner moi entre mes trois marmots, mon boulot et la pile de linge »).

Tout doux, tout doux !

A chacune son organisation et ses possibilités. Personnellement, le petit temps mort que j’ai pu trouver dans ma journée c’est : les transports.

Et comme j’ai la chance d’habiter la région parisienne, ce temps là se passe le plus souvent debout, collée contre l’aisselle d’un inconnu. Raté donc pour la lecture apaisante du matin ou pour la courte sieste réparatrice. Mais voilà, tiens en 45 minutes de trajet, je peux en faire des exos d’abdos hypopressifs ! Et quand je pousse la poussette tiens idem ! Et quand je me fais ch.. euh quand je surveille mon ainé au parc, là aussi !

Voila donc une façon « sympa » (bon parce que ça reste des abdos quand même faut pas déconner) de prendre soin de soi l’air de rien, sur un temps de vie qui vous était indûment et scandaleusement volé.

A vous donc de trouver votre temps mort et ce que vous pouvez faire avec.

2. abuser des stages

Déjà dur de concilier enfant et boulot, de gérer la fatigue, alors vous vous dites forcement que vous n’avez pas d’autre choix que de renoncer à vos loisirs favoris.

Et bien raté ! Non je ne vais pas vous proposer de vous doper pour pouvoir faire votre scrapbooking entre minuit et cinq heures du mat.

Je vous propose une solution bête comme chou, mais à laquelle il m’aura quand même fallu quatre ans de vie de parent pour y penser : le stage.

En ce qui me concerne, j’avais du arrêter la sculpture, impossible de tenir le rythme des cours du soir une fois par semaine avec la gestion du quotidien. Mais voilà, grâce à la formule du stage (demi-journée, journée ou plus) j’ai pu renouer avec la pratique de cette passion. En plus souvent financièrement, on s’y retrouve bien par rapport à une inscription à l’année et ça peut également permettre de diversifier les expériences.

Vous me direz que votre compagnon n’a pas envie de rester seul à s’occuper des enfants pendant que Madame va se divertir ? Faites donc preuve d’inventivité et de capacité de persuasion… je suis sure que vous pouvez trouver un terrain d’entente.

3. accepter de différer

On va pas se mentir il est vraiment loin le temps où vous vous demandiez ce que vous alliez bien pouvoir faire ce week-end. Le plus souvent vous n’avez même plus le temps d’y penser. Alors difficile de pouvoir en faire autant qu’avant (puisque vous en faites déjà deux fois plus, mais juste trois fois moins pour vous CQFD).

C’est sur, ce n’est pas quand vous êtes encore un open bar géant pour votre petit loukoum en sucre que vous allez trouver aisément du temps pour vous. Comme on dit, il y a un temps pour chaque chose (certes sur le moment ça parait bien long, voir interminable, mais ce n’est pas un mythe ça passe).

Attention il ne faut pas pousser cette logique à l’extrême, l’idée n’est pas de s’oublier, mais simplement  d’accepter avec humilité d’un simple parent que certaines dimensions de votre vie soient remises à plus tard, en toute paix intérieure.

4. la parenthèse inconnue

 Non non je ne vous propose pas de participer au casting de la célèbre émission car si la parenthèse est inconnue, les participants eux ne le sont pas. Pas pour le commun des mortels donc.

Cette petite parenthèse est une autre manière de se créer du temps pour soi (et j’ai bien dit DU TEMPS POUR SOI pas pour faire le ménage/les courses/la lessive/récupérer les enfants plus tôt, hein les filles !) : prendre des congés en mode égoïste et hédoniste. Un moment rien que pour vous, même qu’une ou deux fois par an, mais le faire et s’y tenir.

Vous allez me dire que vous êtes gérante d’une PME et que c’est impossible (est-ce bien certain ? Les clients du lundi matin ne pourraient-ils pas se remettre de voir la boutique fermée exceptionnellement ?).

Vous allez me dire que vous avez déjà assez peu de congés pour vous en sortir pour les vacances scolaires. Bon parfois c’est vrai on a très peu de flexibilité et peu d’aide. Mais parfois c’est aussi un peu beaucoup dans notre tête qu’on a du mal à en trouver de la flexibilité et je sais de quoi je parle.

A vous donc d’examiner en votre âme et conscience la réalité de l’impossibilité de mettre en œuvre cette solution.

5. se faire aider

Tout concilier et faire tout tout seul… pas possible !!! alors pas de choix faut parfois accepter de l’aide (ménage, babysitting (mon coup de cœur https://yoopies.fr/). Il est vrai y a l’obstacle financier, on fait encore une fois tous selon nos moyens. Mais encore une fois rien d’insoluble.

Vous pouvez aussi tout bêtement oser demander de l’aide à votre famille ou vos amis. Je vous l’accorde si ma copine m’appelle pour que j’aille passer l’aspiro chez elle pour qu’elle puisse faire sa manucure, je suis pas vraiment sure que ça passe, faut bien le dire (quoi que !). Mais pour les enfants, étant tous dans la même galère, le plus souvent la solidarité est de mise et ça peut être l’occasion d’un échange de bon procédé.

Et puis à la fin plus d’excuses car y a meme des gens qui ont pensé a ceux qui n’ont ni sous ni amis : https://www.monptivoisinage.com/ !

SH.

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus