Comment rester intègre quand on doit s’intégrer ?

Les événements politiques récents m’ont donné l’envie de poster ce poème écrit il y a déjà quelques années, en hommage à ceux qui sont contraints de quitter leur pays, de laisser tout derrière eux, de changer de langue, d’habits, de vie. Un poème en réaction à ce mot si fort de sens « l’intégration ».

 

 

Demain je change de langue, de pays, de vie.

Il va falloir que je m’intègre.

« M’intégrer ». « M’intégrer ».

M’intégrer, en restant intègre.

Comment rester intègre, quand on doit s’intégrer ?

 

Je ne suis rien, je n’ai rien.

C’est pour ça que je pars.

Je suis un vide qui ne demande qu’à être comblé,

Par vos bruits, vos odeurs, vos pas pressés.

 

Mon pays je le fuis comme d’autres avant moi.

Y reviendrais-je jamais une fois « intégré » ?

 

Plus j’apprends votre langue, plus j’en oublie la mienne.

Je ne parlerai plus d’une langue qui m’a blessé,

La langue de mes parents, la langue de mon passé.

 

Désormais intégré, je ne m’écoute pas.

Je suis écartelé, je suis désintégré.

J’ai emprunté une langue qui n’était pas la mienne,

Mis les costumes d’un autre.

 

J’ai oublié ma mère, ma fratrie, ma patrie,

Je suis votre miroir, vous passez sans me voir.

Je ne suis plus personne,

Mais me voilà doté d’une autre nationalité.

 

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus