La peur de l’avion

L’avion est le moyen de transport le plus sur au monde… mais alors pourquoi on applaudit quand on atterrit ?

C’est dit : j’aime pas l’avion.

C’est incompréhensible et quelque peu tabou, mais c’est comme ça et j’assume : j’aime pas l’avion.

On aura beau me dire que c’est le moyen de transport le plus sur, un petit quelque chose fait que je ne suis pas des plus à l’aise. D’où cela peut il bien venir (serais-je un descendant lointain d’Icare qui s’ignore) ? Tiens et pourquoi pas du fait que je suis un simple être humain et pas un oiseau…

Mais pour tout simplehuman moderne, l’avion est un passage obligé alors voila quelques astuces pour faire passer ce désagrément.

  •  jouer à l’anthropologue

Non, non et non. Vous n’êtes pas un cas isolé. Non, vous n’êtes pas le seul à ne pas particulièrement aimer voler. Et pour vérifier la véracité du fait, lors du prochain vol, observez plus attentivement vos congénères (cela aura déjà en soi l’avantage premier d’attirer votre attention sur autre chose que les moindres mouvements de l’avion).

Ok, y a ceux qui dorment (mais êtes-vous bien sur que cela soit uniquement sous l’effet d’une fatigue spontanée ? ).

Ok, il y a ceux qui rient ( mais serait-ce les mêmes qui ont-ils pris l’option vin ou bière gentiment proposé par les hôtesses ?).

Bref, si vous êtes légèrement tendu alors que d’autres ne le sont pas, cela peut être simplement parce que ces simples humains savent mieux cacher leurs petites angoisses. Dont acte !

  • se muer en simplehuman rationnel

Cette solution n’a pas vraiment marché pour moi, mais il est important de connaître les chiffres. 

519 morts en avion en 2008 contre nos quelques 3 653 sur les routes françaises en 2013. De manière plus impressionnante encore, 11 500 accidents domestiques mortels en moyenne par an (3eme cause de mortalité en France).

On a donc beaucoup plus de chance de mourir chez soi que dans un avion (vous me direz ça fait une belle jambe quand on est déjà en vol et qu’on aimerait d’un coup être… juste chez soi. Tout se résume à une question de perception du risque).

  • avoir confiance dans les pouvoirs publics 

Je sais pas vous, mais moi, à la seule lecture de cette page web, je suis immédiatement soulagé et rassuré http://www.developpement-durable.gouv.fr/Incidents-ou-accidents-comprendre.html.

source www.developpement-durable.gouv.fr

source www.developpement-durable.gouv.fr

Avec un schéma pareil, c’est certain on est entre de bonnes mains, je vois vraiment pas pourquoi je rédige cet article.

  • être un simplehuman alcoolisé

Ça reste la solution la plus sympa, et à combiner avec succès avec la formule « simple human sous médoc ». Bon pas forcement pour les autres passagers qui auront à vous entendre glousser pendant les 7 heures de vol pour vous voir finalement vomir sans grâce en fin de parcours, mais c’est quand même plus fun de vomir de cuite que de stress non ? Et puis, avec un peu de chance, vous aussi vous serez tel Depardieu ou Delarue, la star d’un jour de magasines hautement intellectuels.

  • se faire philosophe 

Sans vous sortir le fameux, on doit bien tous mourir un jour ( parce que je sais pas vous, mais je suis assez hermétique à ce genre de philosophie, inconsciemment convaincu de ma propre immoralité (serais-je un descendant d’Highlander qui s’ignore ?)).

Me revient un dicton d’une amie de bon conseil que j’affectionne tout particulièrement : petit scarabée, la peur n’évite pas le danger…

Méditez chers lecteurs, méditez…

Et pour ceux qui veulent aller plus loin, quelques sites et livres à connaître :

http://www.peuravion.com/

http://blog-peuravion.fr/

http://www.airfrance.fr/FR/fr/common/guidevoyageur/pratique/sante_anti_stress.htm

La peur de l'avion dans le quotidien 9782253016328_002-300x300

Bon vol !

 

 

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus